Programmer à l’école et préparer l’innovation de demain

tableauIl n’est jamais trop tôt pour apprendre à innover. Dès l’école primaire, la programmation informatique pourrait être enseignée. La ministre déléguée aux PME, à l’innovation et à l’économie numérique, Fleur Pellerin y croit puisqu’il existe aujourd’hui des langages de programmation « très simples ».

Enseigner la programmation dès l’école primaire ? Et si on commençait pas s’assurer que nos enfants lisent et écrivent suffisamment bien en français, savent leurs tables de multiplication et connaissent l’histoire de France. L’idée de les initier à la programmation n’est pas stupide. Mais cela consisterait à leur enseigner les bases de la logique et des notions de processus itératifs. L’apprentissage d’une langue étrangère rendrait des services équivalents et est certainement plus urgente. Nos enfants du primaire sont nés après Internet et avec le smartphone. Mais ils n’en comprennent pas les limites : apprendre à utiliser intelligemment un moteur de recherche et à être critique par rapport aux informations obtenues serait plus utile. Lire la suite

Cumul des mandats

cumul
En 1936, selon l’ancien ministre socialiste, Paul Quilès, 33 % des députés exerçaient un mandat local ; sous la IVe République, ce chiffre était passé à 40 % ; il aurait dépassé aujourd’hui 80 %.

Il s’agit d’une pratique typiquement française dont nos principaux voisins ne souffrent pas : moins de 10% au Royaume-Uni ou en Italie, environ 20% en Espagne ou en Allemagne. (Source : étude de Laurent Bach publiée en mai 2012).

Pourtant les arguments rationnels ne manquent pas pour justifier l’abolition de cette habitude : Lire la suite

IaaS we can !

nuagefrQuand deux membres d’EuroCloud France font ami-ami pour se lancer ensemble dans la grande aventure du Cloud public, nous ne pouvons que nous en féliciter.

Bien avant cet accord il était de bon ton de présenter les investissements d’avenir comme un moyen pour l’entreprise France de se réapproprier le Cloud. Que de bêtises n’ont-elles pas été proférées sur le fameux « Cloud à la française ».

Dans l’interview qu’il a donnée à ZDNet, Bruno Pinna, directeur du Cloud Computing chez Bull, précise : « l’objectif n’a jamais été le seul marché national. Le Cloud à la française n’a pas de réalité. Le Cloud a nécessairement une dimension internationale. Andromède a donc des visées a minima européennes. » Lire la suite

Allez à Canossa en passant par Canopy !

andromedeDepuis plus d’un an l’actualité du « Cloud à la française » façon carabistouille, est polluée par Andromède. Rien que le nom choisi pour ce projet a de quoi laisser pantois. Andromède est un mythe, un personnage de la mythologie grecque : Pour apaiser la colère de Poséidon, le père d’Andromède accepte de la livrer à un monstre marin; elle est sauvée in-extremis par Persée qui l’épouse. Pas de quoi en faire un fromage.

Pendant que les « investisseurs d’avenir » s’épuisent à nous mitonner un plan calcul 2.0 et se préparent à généreusement offrir aux entreprises hautement nécessiteuses comme Orange ou SFR, des dizaines de millions d’euros qui feraient le bonheur de PME véritablement innovantes, d’autres leaders du secteur, du genre GI’s survitaminés, s’apprêtent à envahir nos paisibles campagnes. Lire la suite