Haro sur l’e-mail

allianceIl y a trois ans, Thierry Breton, ancien ministre et P-DG d’Atos, annonçait son plan « zéro mail ». L’objectif était de correspondre en interne via une solution de réseaux sociaux.
Le constat que chacun peut partager est brutal : nous passons un temps très important, plus de deux heures par jour en moyenne, à lire et à répondre aux e-mails ; et cela sans compter les heures de recherches hebdomadaires sur Internet. Est-ce rentable, efficace ?

Le problème est que nous vivons dans une société de consommation de l’information et de l’échange d’informations. C’est une évolution fantastique qu’il ne faut pas remettre en question. La difficulté est de trouver où placer le curseur. Sans un minimum de discipline, on devient rapidement l’esclave de son outil de messagerie. La pression de l’instant fait que l’on peut se croire obligé de répondre immédiatement à toutes les sollicitations électroniques. Lire la suite